Mon enfant ne veut pas ranger sa chambre

0
5748

Le beau papier peint soigneusement posé et la jolie moquette motif petits nuages sont désormais de lointains souvenirs, recouverts par les jouets, les peluches, les paquets de chips éventrés et les piles de journaux périmés. Bref : c’est le bazar, il faut ranger. Et il ne veut pas ranger.6044

Mon enfant refuse de ranger sa chambre

Mais depuis quand a-t-il autant de jouets ? Les placards étaient-ils trop petits ? Toujours est-il que le bazar, masse informe d’où émerge épisodiquement la forme d’un jouet perdu il y’a longtemps, se répand à vitesse grand V dans la chambre. Pour stopper sa progression, il faut ranger, seulement voilà, il ne veut pas.

Pas d’inquiétude, la situation est normale : il y’a toujours une période où l’enfant refuse de ranger sa chambre. C’est pour lui une façon de marquer son indépendance, de définir un espace qui lui est propre (même si en l’occurrence, il est sale). L’enfant cherche également à tester votre autorité et sa capacité à dire non. Inutile d’en faire une montagne (de linge), entre 9 et 12 ans, l’enfant peut encore être raisonné. A l’adolescence, ce sera pire…

Ranger sa chambre : montrer l’exemple

Pour qu’il range, rangez, vous aussi ! L’enfant fonctionne très tôt dans l’imitation. Difficile de lui faire comprendre qu’il faut ranger si vous-même laissez traîner vos affaires n’importe où. Attention néanmoins à ne pas tomber dans la maniaquerie : laissez vivre la maison.

Dans une certaine mesure, et globalement tant que ça ne touche pas à l’hygiène, une certaine dose de foutoir peut être tolérée. Les limites doivent être justes, clairement fixées, et surtout ne pas changer. Par exemple, acceptez un peu de désordre dans sa chambre, en contrepartie de quoi rien ne devra traîner dans les autres pièces de la maison.
Surtout, mettez vous d’accord sur ce qui est permis ou pas. Pas question que maman refuse de manger sur son lit, alors que papa l’autorise, occupé qu’il est à manger des chips en regardant Paris Saint Germain- Barcelone.

Le convaincre

Pour qu’il accepte de ranger sa chambre, expliquez-lui : si toutes ses affaires sont à leur place, il les trouvera plus facilement la prochaine fois. Et avec un espace un minimum présentable, il pourra recevoir des amis.
« J’y vais dans dix minutes ! »… Inutile de rentrer dans son jeu. Fixez à l’avance un moment consacré au rangement, qu’il devra respecter. Ranger sa chambre contribue à le responsabiliser. N’hésitez pas à lui donner des tâches ménagères, en fonction de son âge, et à faire travailler la famille en équipe : maman lave les vêtements, Lucette les plie, Mario les range.

Pour faciliter le rangement, installez des grands bacs de couleurs : un pour les peluches, un pour les Transformers,… L’essentiel est que chaque jouet ait sa place bien définie et qui ne changera pas. Pour rendre le travail moins fastidieux, transformer le rangement en un jeu : chronométrer le temps pour ramasser tous les jouets, transformer le bac de linge sale en panier de basket ou, cas extrême, utilisez vos pouvoirs magiques pour que la chambre se range en un claquement de doigt, tout en chantant des chansons en duo avec le rossignol de la fenêtre.

Après la bataille

Une fois qu’il a rangé, félicitez le pour son travail. Surtout, ne pas passer derrière lui pour refaire les choses, même si tout n’est pas parfait : l’enfant le ressentirait comme un échec, comme si tout son travail n’avait servi à rien. Et si ça ne sert à rien, autant ne pas le faire.
Au cas où il refuse obstinément de ranger sa chambre, le chantage reste une solution envisageable, avec parcimonie : si ses jouets sont parfaitement rangés, il pourra en avoir de nouveaux. Et ainsi, mettre encore plus de bazar…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.