Tatouage, piercing : que risquent les ados?

0
1520

« Je suis un dur, un vrai, un tatou!» chantait Fernandel. Depuis, de l’encre a coulé sous les ponts, et tout le monde veut sa tête de mort, son loup hurlant à la lune ou son dauphin bondissant gravé sur l’omoplate, quand ce n’est pas un anneau dans le nez ou un diamant sur le nombril.

Conséquence : les salons se multiplient, et pas toujours dans les meilleurs conditions.

Le tatouage, la mode et les ados

« Tatoue-moi sur tes seins » – Mozart, 2009Comment l’adolescent, être rebelle, revendicatif et extravagant, pourrait-il résister à la tentation du tatouage ou du piercing ? D’abord utilisé par les militaires, le tatouage est devenu, depuis sa récupération par les artistes rocks, punks ou hippies, synonyme de rébellion et de liberté.

Pas d’amalgame néanmoins : si votre fils exige de se faire tatouer un labrador au regard agressif sur le pectoral gauche, cela ne veut pas forcément dire qu’il compte rejoindre une bande de voyous pour monter des combats de chien… Surmédiatisé par des stars de tout bord, le tatouage comme le piercing sont devenus courants et séduisent de plus en plus de jeunes.

Attention donc à ne pas céder à un effet de mode, se tatouer n’est pas un acte anodin. Contrairement aux idées reçues, il est très difficile et très coûteux de l’effacer. Si les papillons sont hype, ce n’est pas une raison pour que Baptiste se tatoue un Coenonympha hero sur le ventre. Mieux vaut l’orienter vers des tatouages éphémères : décalcomanie ou dessin au henné. Pour ce qui est du piercing, de la langue notamment, ne pas oublier qu’une fois enlevé, il reste un trou dans la langue : c’est vilain.

Au pire, et même s’il continue d’exiger son tatouage et utilise les excuses les plus lamentables (« le chien en a un ! »), la décision finale appartient toujours aux parents. Un mineur ne peut se faire tatouer ou percer sans autorisation : ceci étant, bien des salons de tatouage ne sont pas regardant sur la question, ou accepte la signature de n’importe quel adulte…

Tatouage : l’amour du risque

Le tatouage, comme le piercing, sont des agressions lourdes au corps, les risques sont sérieux, bien que minimisés lorsque l’opération se déroule dans des conditions optimales. Le tatoueur fait souvent signer une décharge avant l’opération, se dédouanant ainsi des problèmes qui pourraient survenir : mieux vaut donc être bien renseigné au préalable.

Les principaux risques de santé sont liés aux infections : septicémie (inflammation de la zone tatouée), infections bactériennes (staphylocoque, streptocoque) ou infections virales : hépatite B, C, VIH ou SIDA (quelques cas avérés).

Des allergies plus ou moins graves peuvent également se développer en réaction aux encres, contenant souvent des particules métalliques.

Le Piercing : pire to pire

En plus de ces risques, également présents, le piercing en ajoute d’autres : les infections bactériennes, au niveau de la bouche, sont plus nombreuses. Le piercing peut également poser des problèmes respiratoires, peut se détacher, être avalé, et se révèle gênant en cas de problèmes dentaires (impossibilité de faire des radios).

L’objet lui-même pose problème : nombreuses allergies au métal (le nickel en particulier), ou rejet total de l’objet par le corps. Ces problèmes se développent surtout pour les piercings au niveau des zones génitales, rejetés une fois sur deux par l’organisme.

Tatouage inoffensif?

L’opération n’est pas ouverte à tous. S’il n’y a pas vraiment d’âge pour se faire tatouer, mieux vaut éviter de le faire à l’adolescence, la croissance n’étant pas encore terminée. Dans tous les cas, éviter les zones où le tatouage pourrait être étiré, déformé…

Tatouage et piercing sont à éviter pour les personnes souffrant de maladie virale ainsi que pour les adolescents présentant des troubles cardiaques : les risques de développer une endocardite, une inflammation des muscles du cœur,  suite à une infection sont élevés, et la maladie peut se révéler mortelle.

Pour les peaux à problèmes, le tatouage est également à bannir, ou du moins vaut-il mieux éviter les zones touchées.

Hygiène et tatouage: des règles strictes

Depuis 2008, une réglementation oblige les tatoueurs à déclarer leur activité et à respecter certaines normes de sécurité. En pratique, ces règles ne sont pas toujours respectées : le SNAT (Syndicat National des Artistes Tatoueurs) est la référence pour se tenir au courant des dernières mesures de sécurité. Le tatouage comme le piercing restant des opérations de type chirurgical, ne les pratiquez pas à la légère : on se fait rarement opérer à la sortie d’un marché ou dans une cave.

Lors de votre première visite chez le tatoueur (visite surprise de préférence), demandez à voir la salle d’opération, qui doit être indépendante, ainsi que tout le matériel utilisé : un bon tatoueur n’a rien à cacher.

Avant l’acte, le tatoueur doit se laver les mains ET porter des gants chirurgicaux. Tout le matériel doit être stérilisé et à usage unique. Attention également à l’utilisation de l’encre : si l’aiguille, parfaitement stérilisée, est plongée dans le même récipient d’encre pour plusieurs clients, le risque est présent.

Tatouage et piercing: l’hygiène des premiers jours

Les zones tatouées ou percées restent sensibles un certain temps après l’opération, et les infections sont encore possibles. La zone tatouée doit être parfaitement nettoyée. Renouvelez le pansement quotidiennement, de façon à bien aérer la peau. Attention à ne pas porter de tissus irritants (laine, nylon…).

Si des peaux se forment, ne surtout pas les gratter ou les enlever soi-même, elles finiront par tomber naturellement.

Limitez au maximum toute exposition au soleil. Les UV ne sont même pas envisageables.

Le tatouage comme le piercing peuvent être douloureux de deux à trois semaines après l’opération. N’hésitez pas à rendre visite à votre tatoueur pour bien suivre l’évolution de votre tatouage ou de votre piercing, et à consulter rapidement un spécialiste en cas de complication.

Les zones tatouées ou percées restent sensibles un certain temp
s après l’opération
, et les infections sont encore possibles. La zone tatouée doit être parfaitement nettoyée. Renouvelez le pansement quotidiennement, de façon à bien aérer la peau. Attention à ne pas porter de tissus irritants (laine, nylon…).

Si des peaux se forment, ne surtout pas les gratter ou les enlever soi-même, elles finiront par tomber naturellement.

Limitez au maximum toute exposition au soleil. Les UV ne sont même pas envisageables.

Le tatouage comme le piercing peuvent être douloureux de deux à trois semaines après l’opération. N’hésitez pas à rendre visite à votre tatoueur pour bien suivre l’évolution de votre tatouage ou de votre piercing, et à consulter rapidement un spécialiste en cas de complication.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.