Autorité parentale : quelles sont les erreurs à éviter ?

0
104
Crédit : Pixabay

Être parent est tout sauf facile ! Entre la peur d’en faire trop, le désir d’avoir un enfant bien éduqué et la nécessité d’exprimer son autorité parentale ; on commet facilement des erreurs. Voici des choses à ne pas faire pour mieux élever votre enfant tout exerçant votre autorité.

Trop « corrompre » son enfant

Plusieurs parents promettent souvent des récompenses à leurs enfants, si ceux-ci respectent certaines instructions. Il n’est pas rare d’entendre : « aujourd’hui, si tu ne salis pas ton uniforme, tu auras un chocolat ». Cette technique a cependant des conséquences sur votre enfant. Il deviendra trop capricieux et s’attendra toujours à une récompense pour faire quelques choses de bien.

La « carotte » c’est assez bien, mais il est important de ne pas en abuser. Évitez de souvent donner quelques choses en échange d’un bon comportement. Discutez avec votre enfant et faites-lui comprendre l’importance de ce qu’il a à faire. Vous lui apprendrez ainsi les bonnes habitudes dans une atmosphère chaleureuse.

Contredire votre conjoint

Il arrive que les parents ne soient pas toujours d’accord pour punir leur enfant d’une certaine façon. Dans ce cas, l’un des conjoints finit par donner à l’enfant, ce qui lui était interdit. Ce sont des situations à éviter absolument, car elles impactent négativement l’éducation de vos enfants. En outre, elles remettent en cause votre autorité.

Pour éviter ça, le couple doit communiquer très souvent avant de prendre quelques décisions. Discutez avec votre partenaire et entendez-vous sur les punitions en cas de manquement. Soyez complice et sur la même longueur d’onde. Si l’un ou l’autre des parents n’est pas d’accord, évitez d’en parler devant les enfants.

Faire des comparaisons entre les enfants

« Fais comme ton frère » ; c’est l’une des phrases que l’on entend souvent chez les parents. Pourtant, ce genre de conseil devrait souvent être évité. Il n’est absolument pas bien de comparer vos enfants. Cela crée de la frustration, l’un se sent moins aimé et pourrait avoir des habitudes désagréables.

Lorsque les parents prennent souvent parti pour un enfant, il s’ensuit de véritables conflits de loyauté. Punissez vos enfants selon des règles précises et non en étant du côté de l’un d’entre eux.

Remettre à plus tard les punitions

Plusieurs parents attendent des moments précis pour punir leurs enfants. Il peut s’agir d’une fête d’anniversaire, lors d’une sortie en famille ou encore au cours de Noël. En effet, les punitions prévues pour plus tard sont rarement infligées et les enfants ne se souviennent presque plus de ce qu’ils ont fait.

Ainsi donc, on recommande d’opter pour des sanctions immédiates. Ceci permettra à votre enfant de mieux prendre conscience de son erreur. Vous pourriez par exemple lui interdire les jeux pour un temps ou refuser toutes sorties pour une période.

Transformer la chambre en un centre de correction

Parfois, les géniteurs renvoient les enfants dans leur chambre pour différentes fautes. L’astuce semble bien marcher. Mais à long terme, votre bout de chou pourrait développer des troubles du sommeil.

La chambre est destinée pour le repos et pour sentir bien. N’en faites donc pas un centre de correction. Comme alternative, vous pourriez l’envoyer dans le couloir ou dans la salle de bain. L’objectif est qu’il soit dans un endroit ennuyeux où il pense à ce qu’il a fait pendant un bon moment.

Être moins ferme

Il arrive que l’on ait du mal à punir ses enfants. Des punitions non infligées, des avertissements dont on ne tient pas compte ou encore des corvées qu’on annule finalement. Ces différentes situations impactent négativement votre autorité sur les enfants.

On recommande souvent de donner plusieurs chances aux enfants avant de passer à une punition. Vous pourriez par exemple avertir de le punir s’il répète sa bêtise trois fois. Le cas échéant, punissez-le vraiment !

Rabaisser son enfant

Quelle que soit la faute de votre enfant, éviter surtout de vous en prendre à sa personnalité. Si vous agissez ainsi, vous pourriez détériorer les liens qui vous unissent à votre fils. Aussi, votre bonhomme remettra en cause ce qu’il est et aura de moins en moins confiance en lui.

Au lieu de dire « je me demande si tu es vraiment mon fils », dites plutôt « je n’ai pas aimé ce que tu as fait ». Faites-lui prendre conscience du mal qu’il a commis sans pour ne jamais s’en prendre à qui il est.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.