Campagne Non Au Harcèlement : le clip qui dérange

0
930

La polémique enfle autour du clip réalisé par Mélissa Theuriau dans le cadre de la campagne Non Au Harcèlement lancée par le ministère de l’éducation nationale. Les syndicats d’enseignants le jugent trop caricatural pour le corps enseignant, mais aussi pour les victimes de harcèlement.

Coproduit par Mélissa Theuriau et soutenu par le groupe Walt Disney, le clip officiel de la campagne Non Au Harcèlement a été présenté par Najat Vallaud Belkacem la semaine dernière. Problème, selon les syndicats d’enseignants, la vidéo « montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves », d’après le SGEN-CFDT. Selon certains professionnels de l’enseignement, le message d’échange et de prévention aurait été plus fort si, comme cela a déjà été fait, le clip avait été imaginé et réalisé par les élèves eux-mêmes.

Du côté du ministère, le cabinet de Najat Vallaud Belkacem rappelle que la campagne s’adresse aux enfants de 6 à 11 ans auprès desquels elle a été bien accueillie : « auprès d’enfants et le message a été très bien compris : les victimes reconnaissent leur souffrance et les témoins ressentent de l’empathie et veulent aider leur camarade ».

14408

Mélissa Theuriau a quant à elle, défendu la position de sa vidéo au micro d’Europe 1 « Je montre une institutrice qui a le dos tourné, comme tous les professeurs et les instituteurs qui font un cours à des enfants, et qui ne voit pas dans son dos une situation d’isolement. Une petite situation qui est en train de s’installer et qui arrive tous les jours dans toutes les salles de classe de ce pays et des autres pays. Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement, on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n’aurait pas 700 000 enfants par an en souffrance. »

 

Cependant, bien que le manque de communication soit souvent un problème invoqué par les victimes de harcèlement, on peut se demander comment inciter les enfants à parler avec leur professeur si les campagnes de sensibilisation ne les montrent pas comme des personnes bien vaillantes envers leurs élèves.

 

Quelles que soient les critiques que l’on peut faire sur la forme, le vrai problème c’est qu’elles risquent d’éclipser le fond. En France, 700 000 enfants sont victimes de harcèlement, selon les chiffres du ministère de l’éducation nationale.

14410

Evaluez cet article
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 0 Moyenne: 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.