Psychologie : qu’est-ce que le syndrome de l’enfant roi ?

0
530
crédits : serge jordan

Le comportement de l’enfant roi est présent dans de nombreuses familles. Ce syndrome désigne un profil atypique d’enfants, qui impose sa volonté à son entourage, parfois même en usant de la violence. Pourtant, derrière cette apparence de dictateur, l’enfant roi est, dans une certaine mesure, une victime. Concrètement, un enfant roi c’est qui ? À quoi l’identifie-t-on ? Quelles solutions contre ce syndrome ?

L’enfant roi : définition du syndrome

La notion d’enfant roi renvoie à un profil plutôt particulier d’enfants. Là où les autres petits enfants écoutent et respectent les prescriptions de leurs parents et aînés, l’enfant roi vit selon ses propres règles. Il casse les codes, contredit ses parents, conteste les règles préétablies, et a une forte aversion de l’autorité et de la hiérarchie. Parfois, il va jusqu’à user de la violence pour faire passer sa volonté. À ce stade, on parle davantage d’enfant tyran que d’enfant roi.

Par ailleurs, ces enfants au profil atypique, ce sont aussi des rois et des tyrans à l’école et dans les autres environnements qu’ils fréquentent. Leur comportement qui donne souvent l’impression qu’ils sont des êtres associables, en fait des enfants insoumis, qui supportent mal la frustration. Éternel insatisfait, l’enfant roi est souvent animé d’un sentiment de puissance, tant vis-à-vis de ses parents que de ses amis. Il se nourrit d’un individualisme accru et n’admet pas les contraintes.

On pourrait penser que ce comportement est lié à un défaut d’affection. Au contraire, pour les psychologues, ce sont des enfants qui ont longtemps été maintenus dans le principe du plaisir, pour éviter qu’ils ne souffrent. Ce sont des enfants envers qui les ascendants ont toujours été tolérants, sans forcément leur imposer de limites. Conséquence, l’enfant se plaît dans ce mode de vie débonnaire.

Quels sont les comportements typiques de l’enfant roi ?

On reconnaît l’enfant roi à des comportements typiques. L’enfant impose ses propres règles et n’admet pas les reproches. Rebelle, il met constamment ses parents à l’épreuve. Il s’offusque de toutes limites qu’on lui impose, et tend même à les repousser, parfois avec violence. L’enfant roi estime que ce sont les autres qui se doivent de s’adapter à ses volontés et non le contraire. Le petit tyran est un grand adepte de la victimisation. Il en fait d’ailleurs sa principale arme de défense.

On identifie l’enfant roi, futur tyran, à son irrespect manifeste vis-à-vis des aînés. Il a horreur des contraintes. L’attente et la patience l’insupportent. Lorsqu’il atteint le stade de la tyrannie, l’enfant roi est très désobéissant, et ce dès son plus jeune âge. Il se roule au sol, tape sa tête contre les murs, tape des pieds, afin de manifester sa colère. Plus âgé, il peut être très hystérique, faire chanter émotionnellement ses parents.

Autres comportements caractéristiques d’un enfant roi :

  • le refus d’investissement scolaire,
  • les rapports sociaux tendus avec les autres enfants,
  • les menaces de suicide et de fugues,
  • le refus de négocier sur quelque sujet que ce soit.

Quel comportement devez-vous adopter face à votre enfant ?

Si vous remarquez ces signes du syndrome de l’enfant roi chez votre enfant, notez qu’il est possible d’y remédier, bien que cela puisse demander du temps. La première solution pour gérer un enfant roi est que les deux parents soient impliqués dans le processus. Mieux, ils doivent être sur la même longueur d’onde, notamment pour les reproches à faire, et les punitions à donner à l’enfant capricieux. L’un ne doit pas remettre en cause l’autorité de l’autre.

Par ailleurs, vous devez très tôt montrer à votre enfant, surtout dès l’apparition des signes, que l’autorité c’est vous. Il doit être clair à son entendement que les règles, c’est vous qui les établissez et non lui. Plus important, soumettez-le à des règles et punitions que vous pourrez effectivement tenir. Autrement, l’enfant interprétera un défaut comme un aveu de faiblesse. Il en profitera.

La gestion d’un enfant roi entraînera des situations de conflits auxquelles vous devez vous préparer. Dites-vous que cette étape est obligatoire pour que votre enfant soit plus tolérant, plus sociable et plus enclin aux contraintes et règles en famille et en société. Peu importe l’approche que vous adopterez, ayez à l’idée qu’il demeure un enfant, même si son comportement peut être difficile. Bien que ce ne soit pas facile à vivre, soyez ferme. Cela ne veut pas dire que vous n’aimez pas votre enfant, bien au contraire.

Quels professionnels pour résoudre le problème ?

Pour lutter contre le syndrome de l’enfant roi, vous devez consulter un psychologue. Nous vous suggérons d’ailleurs de consulter un pédopsychologue, afin d’avoir des résultats plus probants. Selon les nécessités de la prise en charge, il peut s’avérer nécessaire que vous, parents, consultiez aussi un psychologue. Parfois, toute la famille doit être suivie par le même spécialiste.

Pour finir, dans les cas les plus graves (trouble oppositionnel avec provocation), l’intervention des services sociaux et d’un psychoéducateur peut s’avérer nécessaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.