Enfants et internet : Génération virtuelle ?

0
1216

Si leurs aînés ont grandi devant la télévision, les enfants d’aujourd’hui disposent d’un média de masse supplémentaire : Internet. Le réseau mondial et l’ordinateur font partie du quotidien et les jeunes utilisateurs, désireux de jouer, échanger et découvrir, se les approprient de plus en plus tôt.

Les enfants et Internet : quelques données

Le fait n’est pas nouveau, la présence d’enfants favorise l’équipement multimédia des familles. Actuellement, 76,6% des foyers avec au moins un enfant de moins de 15 ans disposent d’un micro-ordinateur et 59,5% ont une connexion à Internet.

Dans cet environnement, pas étonnant que 82% des 6-12 ans aient déjà utilisé un ordinateur à domicile et que 56% se soient connecté à Internet au cours des douze derniers mois. Passifs quand ils regardent la télé, ils se révèlent actifs devant l’ordinateur.

Sur tous les PC et Mac : les jeux

« Ils adorent les jeux, les tests, être acteur. L’interaction est l’aspect que nous tâchons d’améliorer sans cesse en intégrant les nouvelles techniques d’animation » indique Anne Daubeuf, rédactrice en chef adjointe du magazine sur cédérom Mobiclic. S’amuser, c’est la priorité, 53% des 6-7 ans et 62% des 8-12 ans jouent à des jeux vidéo, ils sont 35% à lire des cédéroms chez les plus petits contre 33% pour les plus grands.

Le cédérom, qualifié d’éveil, de ludoéducatif ou d’éducatif, est souvent l’outil des premiers pas en informatique. Quant au jeu vidéo, toujours sujet à polémique dans le monde des adultes, il constitue un élément important dans l’univers de l’enfance.

Le comportement des enfants sur la toile

Témoignages – Suzette, 7 ans, Calais (62)
« Mon site préféré c’est celui de Barbie, c’est ma grande sœur Pauline qui me l’a montré. Il est joli, j’aime bien le jeu Barbie et le cheval magique. Je sais allumer l’ordinateur et utiliser la souris mais je n’ai pas le droit de m’en servir sans demander à Papa et Maman. Je ne vais sur l’ordinateur que deux fois par semaine et quand je ne comprends pas, Papa ou Maman m’expliquent. Ils m’aident aussi à écrire et envoyer des messages à mon parrain, ma marraine ou ma cousine. A l’école les ordinateurs sont réservés aux plus grands.  Je préfère Internet à la télévision parce que la télé on ne fait que regarder alors que sur l’ordinateur on peut jouer à plusieurs et on s’amuse bien. »

Pour Axelle Desaint, coordinatrice des formations à l’association multimédia jeunesse (AMJ), « les enfants cherchent un plaisir ludique immédiat. Ils aiment faire du coloriage en ligne, tous les jeux en flash aux contenus dynamiques et consulter les sites de dessins animés ou de séries télés. Le site tfou est par exemple l’un des plus visités.  »

Afin que les enfants prennent du recul sur leur consommation et connaissent d’autres pratiques, l’AMJ a créé Les Adélouzes, prix multimédia jeunesse qui récompense les meilleurs cédéroms et sites Internet destinés aux enfants de 2 à 12 ans. « Plusieurs jurys sont composés d’enfants et de préadolescents, c’est un public averti donc très exigeant. Ils sont sensibles au discours de fond, aux sujets sur l’éco-citoyenneté, au graphisme et à l’originalité des produits » commente Axelle Desaint.

Le jeu en ligne didactique

Le ludiciel ou le jeu en ligne s’avèrent un moyen attrayant pour s’occuper, vivre des aventures, incarner un héros, interagir avec un monde imaginaire ou, au contraire, évoluer dans un univers proche de la réalité dépourvu des contraintes réelles. Ils se prennent ainsi d’affection pour leurs « néopets », animaux virtuels de toutes sortes remplaçants des tamagotchi, ou participent à des communautés virtuelles telle que Habbhôtel. « Sur ces sites, ils sont représentés par un personnage et échangent en direct avec les autres. Le fait d’avoir un avatar et un pseudonyme facilite la désinhibition » souligne Axelle Desaint. Car tout en se distrayant, les jeunes internautes cherchent aussi à socialiser.

En instantané ou en différé : communiquer

Léah, 10 ans, La-Bégude-de-Mazenc (26)
« L’année dernière j’allais sur les sites de Diddl et de Tfou mais plus maintenant. Je n’ai pas vraiment de sites favoris, je joue à des jeux d’actions et d’aventures. En ce moment je m’amuse à construire une ville avec Sim City 3000. Je joue aussi avec les cédéroms de Spirou et Kid Paddle. J’en profite surtout pendant les vacances parce que pendant l’école je n’ai le droit d’utiliser l’ordinateur que le week-end. Mon père a installé un nouvel ordinateur dans le couloir, il a une webcam et on s’est prises en photo avec mes sœurs. On va bientôt  installer MSN, je vais pouvoir discuter avec mes copines! Comme je suis en CM2, je vais passer le brevet informatique et Internet à la fin de l’année. »

Entrer en contact tout court n’est pas chose aisée mais entrer en contact par écran interposé, rien de plus simple et de plus naturel pour bon nombre d’adolescents.

Georges-Louis Baron, professeur en science de l’éducation à l’université Paris V et ancien directeur du département Technologies nouvelles et éducation à l’INRP, estime que « l‘évolution la plus remarquable en informatique est la diffusion des technologies de communication. A partir de la préadolescence, je suis frappé de la popularité croissante des outils de sociabilité en ligne. Internet joue désormais un rôle très important dans les processus de socialisation et de construction de l’identité. »

 Le chat ou « causette », l’e-mail ou courriel, voies de communication pratiques, rapides et souvent gratuites, sont donc largement plébiscités par les jeunes utilisateurs et complètent amplement les échanges par téléphone portable. Comme le constate Axelle Desaint de l’AMJ : « Il y a un an, la messagerie instantanée était l’outil des 12-14 ans, maintenant les 10-12 ans s’y mettent aussi.

Les dérives de la communication sur Internet

Les petits apprennent vite des plus grands et un enfant est assez autonome sur un ordinateur dès 4-5 ans. » 15% des 8-12 ans se servent d’une messagerie instantanée et 14% ont recours aux courriers électroniques. L’un des « jeux » lié à cette pratique consiste à enregistrer un maximum de contacts, ce qui peut amener les enfants à entamer un dialogue avec des inconnus. D’où la crainte de certains parents. « La technologie évolue vite et les parents ont peur de perdre le contrôle » note Axelle Desaint, « Les pratiques du multimédia sont différentes au sein d’une même famille et cette culture d’Internet est quasiment innée pour les enfants. » Une culture vaste et des usages multiples que les apprentis surfeurs se plaisent à expérimenter.

L’entrée des enfants dans la blogosphère

Après le simple échange en langage SMS agrémenté de quelques « émoticônes », vient l’envie de s’exprimer davantage. La solution idéale : le blog. Ce terme est en fait un mot-valise issu de la contraction de l’expression « Web log », soit carnet de bord sur Internet. Pour s’épancher ou parler de ses centres d’intérêts ce ne sont plus les journaux intimes qui ont la côte mais les journaux « extimes » que tout un chacun peut consulter et même commenter. Si une forte proportion de blogeurs se concentre chez les adolescents, leurs cadets commencent aussi à adopter cette pratique.

Le blog : une activité familiale ?

Arthur, 12 ans, Steige (67)
  « Sur Internet je cherche surtout des images pour le cours d’arts plastiques et de la musique, notamment des partitions pour la batterie. Mon père régule mon utilisation et m’aide à trouver des sites. Maintenant j’ai envie de faire mes recherches tout seul et j’aimerais aussi pouvoir utiliser les messageries. Sinon j’ai des cédéroms de jeux et j’aime bien ceux de management, quand on doit entraîner une équipe de foot. Au collège on nous apprend des méthodologies et on fait des travaux de groupes sur ordinateur au CDI et en technologie. Moi j’aime la télé et l’ordi, c’est différent. Sur la télé, on a les films et sur l’ordinateur, les jeux. En fait pour moi Internet c’est un outil de recherche et de bonheur ! »

Cédric Maurouard est le cocréateur de Canaille Blog, une plateforme de blogs destinée aux 0-12 ans. « Cette activité est encore assez confidentielle, nous comptons environ 500 inscrits. Nous voulions donner un espace d’expression aux enfants et leur apprendre dès le plus jeune âge ce qu’est Internet, ses bons côtés comme ses dangers. Bon nombre de parents réalisent le site avec leurs enfants, cela occasionne un moment privilégié. Quant à ceux en âge d’écrire, ils parlent de ce qu’ils aiment, souvent avec maladresse mais c’est ce qui fait le charme de ces pages personnelles. »

Les modérateurs du site répondent aux questions des parents et des enfants. « Les jeunes blogeurs nous demandent comment insérer des photos, ajouter des dessins ou rechercher sur Internet et, ils comprennent très vite. Ils sont épatés de la masse d’information qu’ils peuvent trouver sur leurs goûts.

Ils mettent beaucoup d’images, de photos d’acteurs sur leur site et attendent les réactions des autres. Ils sont déçus si personne ne fait de commentaires. Finalement ils sont partagés entre l’envie de se mettre en avant, d’être une “star” et celle d’appartenir à un groupe. » Pendant leur loisir les jeunes adeptes de nouvelles technologies peaufinent donc leur site personnel et en temps scolaire, ils créent parfois le blog de la classe.

Internet : outil pédagogique ?

Les professeurs des écoles exploitent de plus en plus les possibilités pédagogiques que peut offrir l’informatique. Les ordinateurs sont présents depuis longtemps dans les classes dès le primaire mais leur place et leur utilisation ont fortement évoluées. Selon Georges-Louis Baron : « Les vagues d’innovation technique surviennent beaucoup plus vite que ne peut réagir un système éducatif qui a besoin de stabilité. On assiste en fait à des phénomènes progressifs de scolarisation de l’informatique : ce qui est pris en compte à l’école doit en effet s’adapter aux structures en place et se conformer aux finalités et aux programmes de l’enseignement.

 Du coup, il y a des différences entre les pratiques familiales et les pratiques scolaires. » Les professeurs intègrent cédéroms, sites éducatifs et outils de bureautique dans leurs méthodes d’instruction surtout depuis l’instauration du brevet informatique et Internet (B2I). Définie fin 2000, l’application de cette attestation tend à se généraliser. Elle comporte trois niveaux de maîtrise des technologies de l’information et de la communication : primaire, collège et lycée. Les enseignants doivent évaluer les compétences des élèves en fin de cursus.

Internet : une question de génération

De retour à la maison, les 6-7 ans sont 14% à travailler sur l’ordinateur, cela atteint 33% pour les 8-12 ans qui sont également 19% à effectuer des recherches sur Internet pour l’école. Dans Les loisirs culturels des 6-14 ans, Sylvie Octobre remarque que « les filles développent très tôt des usages bureautiques liés au travail scolaire, usage primordial pour elles, tandis que les garçons favorisent les usages ludiques à travers les jeux vidéo. »

Familiarisée dès sa prime jeunesse au « réseau des réseaux », la génération « connectée » contemporaine initie parfois ses parents aux incontournables nouvelles technologies mais sera peut-être « déconnectée » face aux pratiques de ses enfants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.