Maladies infantiles : pas vraiment de quoi s’inquiéter pour le nouveau-né

0
1909

De zéro à trois mois, les bébés sont rarement atteints de maladies infantiles. Quelques cas restent cependant à surveiller…

Le nouveau né a de la fièvre

Que bébé perde entrain, appétit, devienne pâle, gémisse voire vomisse, un seul réflexe : prendre la température. A plus de 38°, deux cas de figure, soit votre nourrisson a de la fièvre, soit il a simplement trop chaud. Pour le savoir, découvrez-le et reprenez sa température une demi-heure, puis une heure plus tard. Si la fièvre de bébé persiste, consultez dans les heures qui viennent. Ne lui donnez aucun médicament pour faire baisser sa fièvre, seul le pédiatre peut en déterminer l’origine et décider de l’hospitalisation si la cause n’est pas anodine. Inhabituel avant trois mois, votre bébé est protégé par vos anticorps passés dans son organisme durant votre grossesse. C’est pourquoi l’hospitalisation d’un jeune bébé est fréquente : la rareté de la fièvre à cet âge conduit, après un bilan complet, une fois sur quatre à une infection sévère. Epreuve qui peut être éprouvante, mais c’est la seule possibilité pour soigner, guérir et sauver votre bébé.

Le nouveau né et la diarrhée

Toute selle liquide n’est pas une diarrhée, et les selles de bébé le sont généralement durant les premières semaines ! Mais en-dehors de l’aspect jaune d’or, semi-liquide et avec des petits grumeaux, trois selles fluides comme de l’eau en deux heures sont le signe d’une diarrhée qui doit être traitée immédiatement, surtout si elle est accompagnée de vomissements. Le risque de déshydratation est d’autant plus important que le bébé est jeune. La gastro-entérite, nom scientifique de la diarrhée, est souvent due à une bactérie, un parasite ou un champignon. Des micro-organismes qui se transmettent par de l’eau souillée ou par contact avec une personne déjà malade. Il est donc impératif de renforcer l’hygiène familiale dans le cas où l’un des membres en est malade. Lavage des mains plus fréquentes et bien soignées, et on se retient d’embrasser bébé.

Le nouveau né et l’érythème fessier

L’érythème fessier, ou syndrome des « fesses irritées » se traduit par une irritation là où les couches sont en contact avec la peau de votre bébé. L’érythème fessier apparait lorsque la couche frotte contre la peau de bébé, qu’elle est trop serrée ou qu’elle n’est pas changée assez souvent ; et il est plus marqué en cas de diarrhée. Pour prévenir et traiter l’érythème fessier, gardez les fesses de bébé sèches, propres et au frais ! Changez souvent la couche de bébé et laissez-lui les fesses à l’air aussi souvent que possible.

Bronchiolite et autres maladies respiratoires

Pas de bisou sur le visage non plus pour les enrhumés, surtout en période d’épidémie (d’octobre à mars). C’est ainsi que se transmet la bronchiolite, coqueluche et autres cas de maladies respiratoires. Des maladies infantiles dont les conséquences peuvent être graves pour les bébés de moins de trois mois, qui peuvent être transférés en service de réanimation afin de bénéficier d’une assistance respiratoire. Les signaux alarmants surviennent lorsque le bébé, n’arrivant pas à téter, finit par s’arrêter, épuisé. Il refuse le repas, vomit, tousse sans cesse. Sa respiration ralentit, ou au contraire s’accélère ? Bingo, un autre signal de problème respiratoire. Dans le cas ou bébé se cyanose (la peau autour de sa bouche et sous ses ongles devient bleue), c’est qu’il manque d’oxygène. Direction l’hôpital, surtout s’il en vient à lutter à chaque inspiration, ou si une fragilité particulière existe déjà -naissance prématurée avant 33 semaines, maladie pulmonaire, cardiaque ou congénitale.

Le nouveau né et la coqueluche

Maladie infantile contagieuse, la coqueluche frappe les enfants très jeunes (même vaccinés) et les nouveau-nés. La coqueluche se transmet par la salive (éternuement, toux). Après quelques jours de rhinopharyngite banale, la toux apparaît. Elle devient de plus en plus fréquente, par quintes, avec reprise en “chant de coq”. Une toux persistante (surtout la nuit) se transforme progressivement en quintes typiques. Les quintes de toux sont suivies d’une inspiration sifflante qui se termine par un crachement ou un vomissement. La coqueluche peut être très grave! Les nourrissons risquent une asphyxie, il est donc impératif de les hospitaliser. Le vaccin associé à la diphtérie, au tétanos et à la polio se pratique à partir de deux mois et il faudra effectuer un rappel plus tard. Il peut provoquer un état fébrile chez bébé, mais il est vraiment important de protéger les nourrissons le plus tôt possible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.