Garçon manqué ou fille réussie?

0
12511

Elle préfère les petites voitures aux poupées et les pantalons confortables aux robes à froufrous, a constamment des bleus sur les genoux… On parle d’elle en utilisant la vilaine expression « garçon manqué ».  N’y a-t-il donc que la petite fille modèle, féminine et délicate, qui soit considérée comme « réussie » ? 

« Garçon manqué ». Si on prend l’expression au pied de la lettre, deux interprétations possibles : d’un côté, l’idée d’une féminité ratée, qui ne colle pas à ce qu’on attend d’une petite fille ; de l’autre, l’idée qu’une petite fille qui se comporterait plus comme ses camarades masculins serait un garçon dans un corps de fille. Dans les deux cas, c’est un échec. Quelle horreur ! Il n’y aurait donc qu’une seule manière d’être une fille ? C’est en tous cas ce que sous-entend cette expression courante : les filles seraient contraintes de construire leur identité dans le manque, en opposition aux garçons qui seraient, eux, autorisés à être actifs, aventureux, conquérants, en un mot : libres ! Une petite fille qui s’encombre pas de stéréotypes et qui développe une personnalité forte ne devrait-elle pas au contraire être qualifiée de « fille réussie » ?

N’essayez pas de mettre une robe à Nina !

A six ans, cette petite fille au regard malicieux trouve tout de suite son chemin dans un magasin de jouets. Pas celui, tout rose, qui mène aux poupées et aux dinettes. L’autre, celui qui mène au rayon plein de mallettes de bricolage, de figurines de super héros et de petites voitures. Là, Nina peut passer des heures à rêver. « Quand je serai grande, je serai pilote », s’exclame la petite blonde quand on lui demande ce qu’elle veut faire plus tard. « Nina fait tout comme son grand frère. On ne sait pas si elle le copie, ou si c’est son tempérament qui la rend comme ça », confie la mère de la petite fille, Sabine, 35 ans. « C’est vrai que quand on regarde les autres petites filles au parc, Nina est complètement à part. Elle grimpe aux arbres, joue les casse-cou sur la balançoire, se cogne partout. C’est une aventurière ! » Sabine ne fait rien pour transformer sa petite Mimi-Cracra en fan de rose bonbon… Bien au contraire : elle va dans son sens. D’ailleurs, dans la chambre de Nina, rien ne sert de chercher des robes en dentelle ou des poupées. Ce qu’elle préfère, c’est les jeux de construction, qui règnent en maîtres dans la petite pièce aux murs beige.

« Elle n’a rien raté du tout ! »

Et s’il y a bien quelqu’un dans cette famille qui ne se plaint pas du tempérament de Nina, c’est bien son père, Thomas, 41 ans, fan absolu de Star Wars qui a trouvé en sa petite fille un disciple de choix. « Je trouve vraiment super que notre gamine ne se conforme pas au modèle de la petite fille sage. Elle a du caractère, c’est une enfant forte. » Pourtant, il n’est pas rare que Sabine et Thomas essuyent des remarques qui ne leur plaisent pas au sujet de leur fille. « A la sortie de l’école, au parc, on entend des choses comme ‘ben dites donc, quel garçon manqué votre petite’ ou ‘un vrai petit mec’. Une fois, une vieille dame au parc l’a prise par la main alors qu’elle était en train de jouer et lui a dit que ce n’était pas des manières de fille. Ca nous déplait complètement. Nina est une vraie petite fille, pas un garçon avec des couettes, elle n’a rien raté du tout ! On n’a surtout pas envie qu’elle entende ça, parce que peut lui donner l’impression qu’elle n’agit pas comme elle le devrait. »

« Qu’est ce que j’ai fait de travers ? »

 

Melissa, adorable petite brunette de sept ans, n’a rien contre les robes. Tant qu’elle peut jouer au foot avec son frère, aller à la pêche avec ses grands-parents, et courir aussi vite que les garçons, ça lui va. Fatalement, il n’y a pas de robes de couleur pastel dans la commode de la petite fille – tâches d’herbe récurrentes obligent. « Si je ne la poussais pas un peu à être féminine, elle ressemblerait à son frère », raconte sa maman, Ayate, 30 ans. « Ca ne me dérange pas qu’elle soit comme ça, j’aime qu’elle soit curieuse et intrépide, mais j’ai l’impression que quelque chose cloche. Qu’est ce que j’ai fait de travers ? » Ayate essaye à tout prix de trouver une explication au tempérament de sa fille. Peut-être qu’elle copie son frère pour qu’il l’aime ? Peut-être qu’elle ne trouve pas en sa maman un modèle féminin ? Et si ce n’était tout simplement pas un problème ?

« Garçon manqué, cette expression évoque toute mon enfance »

Françoise Mariotti est psychologue. Son domaine de prédilection : les questions de genre. Très jeune, elle s’intéresse aux différences de traitement des filles et des garçons. En 2000, elle obtient son doctorat en psychologie avec une thèse sur les représentations sociales de la science selon le sexe chez les collégiens et lycéens. Rencontre.

Que vous évoque l’expression « garçon manqué » ?

Cette expression évoque mon enfance… Je grimpais aux arbres, je faisais du parachutisme depuis mon lit, j’avais tout le temps des bleus… mais toujours habillée en petites dentelles choisies par ma mère. Je pense que j’étais un garçon manqué pour séduire mon père : c’est quand je faisais des activités de mec, avec lui, qu’il me donnait de l’attention.

Comment réagissiez-vous, quand on vous taxait de garçon manqué ?

Je répondais « non, je suis une fille réussie » ! J’étais vexée, je me sentais amoindrie, alors même qu’en agissant comme je le faisais, je me sentais puissante : je pouvais faire tellement de choses ! On reconnaissait ma liberté et elle posait problème. Ca a éveillé ma curiosité, et a marqué le début de ma réflexion sur le genre. Qu’est ce qu’un garçon, qu’est ce que c’est qu’une fille, et qu’est ce qu’on attend des deux ? Ca m’a poussé vers la révolte.

Qu’est ce qui inquiète les parents d’un garçon manqué ?

Les parents vont vers le plus facile, c’est à dire la norme. C’est plus simple si toutes les petites filles sont reconnaissables en tant que petites filles dans la cour de récré au premier coup d’oeil, idem pour les petits garçons.

Une petite fille a qui on fait comprendre qu’elle n’est pas suffisamment féminine peut-elle développer des complexes ?

N’importe quel enfant à qui on montre qu’il n’est pas dans la norme peut se poser des questions. Tout dépend ensuite de l’attitude des parents, et de la fragilité de l’enfant. Tout est question de confiance en l’enfant. Si les parents ne considèrent pas leur enfant comme un objet mais comme un sujet, ils vont être attentifs. Si, étant matraquée par la féminité des autres petites filles, leur enfant reste plus masculine, ils comprendront que c’est son tempérament.

Est-ce pour l’orientation sexuelle future de leur fille que ces parents sont inquiets ?

Non, c’est pour les petits garçons que se pose le problème, dès le moindre signe de féminité. Pour une fille, les parents n’y pensent pas. L’inquiétude, c’est que quelque chose soit hors norme. Ce que disent plutôt les parents à leur petite fille, c’est « tu risques de ne pas plaire aux garçons, tu ne te marieras pas. » Un garçon qui ne serait pas virile, par contre, ça inquiète parfois les parents en ce qui concerne la sexualité.

« Garçon manqué », qu’est ce que ça signifie pour vous ?

« C’est ma fille ! »

Alexis, 37 ans, père d’un garçon de 10 ans et d’une fille de 7 ans

« C’est ma fille : un vrai petit mec, mais en robe ! Elle fait tout comme son frère, mais pas pour copier : on sait bien que c’est sa personnalité. Elle est sportive, elle aime la compétition, elle est un peu casse cou… Elle est vraiment active, et je pense que c’est peut-être plus quelque chose qu’on a tendance à attendre d’un garçon que d’une fille. Je pense que pour la génération de nos parents, il était plus question de féminiser les filles sans se soucier trop de leur personnalité. J’ose espérer que les parents de ma génération sont un peu plus réceptifs ! »

« Ca ne veut plus rien dire du tout »

Amandine, 32 ans, mère de deux petites filles de 6 et 3 ans

« Mes deux filles sont toutes les deux féminines à leur manière : l’une ne jure que par le rose, son aînée est toujours en pantalon, mais est par ailleurs très portée copines et trucs de fille. Je pense qu’aujourd’hui, cette expression est vraiment has-been. C’est réducteur pour les filles, qui ont l’impression qu’il n’y a qu’un modèle. On sait bien que c’est faux, et heureusement. »

« Une gamine qui a tout compris »

Safia, 27 ans, mère d’un petit garçon de 5 ans

« Pour moi, un garçon manqué, c’est une petite fille qui fait ce qu’elle a envie de faire, et qui ne s’interdit rien, même les trucs de garçon. En gros, c’est une gamine qui a tout compris ! Quand j’étais petite, c’est comme ça qu’on m’appelait. Je le prenais assez mal, j’avais un peu peur d’être une extraterrestre. J’ai même eu une période, vers huit ou dix ans, où j’avais peur que mes parents ne m’aiment pas, parce que je n’étais pas comme ils l’auraient espéré. J’ai compris en grandissant que c’était au contraire une très bonne chose : je sais ce que je veux et je ne m’encombre pas de l’avis des autres. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.