Comment faire face à la colère de l’enfant ?

0
971
colère de l'enfant

Vous n’acceptez pas un des caprices de votre enfant, et voilà qu’il crie, qu’il pleure, qu’il se roule par terre et qu’il hurle ! Face aux grosses colères de leurs enfants, beaucoup de parents cèdent pour avoir un peu de tranquillité. À la maison, ça passe encore, mais quand les enfants deviennent colériques en public là, c’est autre chose. Tout de suite, découvrez nos conseils pour gérer facilement la colère de votre enfant et pour imposer votre autorité.

Comprendre la colère de l’enfant

Dans la majorité des cas, la colère de l’enfant naît d’un sentiment d’injustice qu’il ressent dans le cercle familial. Les parents disent souvent qu’ils ont un enfant difficile, mais ce n’est pas l’enfant lui-même qui est difficile, mais la situation qu’il vit. Donc, il revient aux adultes d’être attentifs et d’aider l’enfant dans la maîtrise de sa colère. Cet état est pulsionnel et ne dure que 2 secondes, mais pour le contrôler, l’enfant doit reconnecter son cerveau déconnecté à son corps. Le retour au calme est la maîtrise de la respiration, et ça peut se faire par l’astuce de la bouteille. Il faut remplir une bouteille de différents objets et matières ensuite, l’enfant va l’agiter et regarder son contenu tombé doucement, c’est là que le retour au calme se fera.

L’anticipation

Les enfants sont pris d’une grosse colère quand ils n’ont pas ce qu’ils veulent. Afin d’éviter la crise, vous pourrez anticiper les frustrations de votre enfant en lui disant clairement qu’il ne pourra pas toujours avoir tout ce qu’il veut. En lui faisant savoir ça, vous aurez moins de chance de le voir exploser de rage. Vous devrez savoir que les enfants sont dans le moment présent, ils n’apprécient guère les changements soudains comme arrêter de jouer pour aller dormir, quitter la maison pour aller à l’école… Donc, il faut mettre en place une transition et ne rien imposer brutalement. En introduisant cette transition, vous lui permettez de s’emparer de ce qu’il doit faire après. Ainsi, prenez toujours le temps de lui dire ce qu’il attend : « Tu joues 10 minutes après, on rentre à la maison. », « Tu fais la sieste avant qu’on aille au parc. »

Le manque de sommeil

La fatigue peut enclencher la colère chez les enfants, et c’est un signal d’appel, un moyen pour attirer l’attention. Les réveils matinaux difficiles, les siestes trop courtes ou trop longues, la journée fatigante à la crèche, les trajets de l’école à la maison ou chez la nounou, les retards de sommeil… ça peut perturber les enfants. On leur demande beaucoup pourtant, tout ça demande de gros efforts de leur part. Donc, vérifiez que la colère de votre enfant n’est pas due à un état de fatigue ou de stress, et soyez compréhensive. Veillez à ce qu’il n’ait pas un rythme infernal et qu’il dort convenablement afin d’aider son organisme à récupérer facilement. De plus, laissez-le exprimer ses émotions qui se libèrent par la colère, mais aussi par des activités comme la danse, le dessin, la pâte à modeler…

Inutile de céder

En étant en colère, votre enfant vous prouve qu’il existe en tant que personne, mais il veut aussi vous tester. Face à cette situation, vous devrez avoir un comportement rassurant et ferme. Si vous cédez devant sa crise de colère, votre enfant pensera qu’il peut tout avoir et qu’il n’y a aucune limite. Au cas où vous avez des difficultés pour ne pas céder, isolez-le un moment dans une autre pièce tout en lui expliquant la situation. Dites-lui : « Tu dépasses les bornes, je n’aime pas ce que tu fais, tu en fais trop, tu me fatigues… Je reviendrai lorsque tu te seras calmé. » Résistez en douceur, et ses colères seront moins fréquentes. Mais n’oubliez pas que la colère fait partie de son développement, elle ne va disparaître complètement, car c’est son mode d’expression, mais il ne faut pas que ce soit habituel.

La discussion

Lorsque votre enfant s’est calmé, prenez le temps de lui parler. Vous pourrez lui dire « Pourquoi as-tu été en colère tout à l’heure ? » « Comment faire pour résoudre le problème qui t’as énervé ? » « Qu’est-ce que tu aurais pu me dire au lieu de crier ? » S’il refuse de vous parler, prenez ses peluches, et jouez à « celui qui est tout le temps en colère ». Vous verrez qu’il va faire parler avec ses peluches et ainsi exprimer facilement ce qu’il n’arrive pas à dire. Aussi, quand votre enfant n’explose pas de rage lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il vaut, félicitez-le en lui disant que vous êtes fière de lui. Dites-lui qu’il est devenu grand, car quand on est grand, on ne se met pas en colère facilement. De plus, récompensez-le de son comportement.

Vous pourrez également aimer Nos conseils concernant l’alimentation des enfants.

Evaluez cet article
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 0 Moyenne: 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.