Élever son enfant seul après un divorce

0
45
élever son enfant seul
Crédits : Pixabay

Actuellement, près d’un tiers des mariages finissent par un divorce, les causes sont nombreuses tout comme les conséquences. Mais la conséquence principale de la séparation touche surtout l’enfant, et ça peut se manifester par une détresse émotionnelle ou un comportement perturbateur. Pour rappel, en Hexagone, plus de 2,5 millions d’enfants vivent avec un seul parent, et c’est souvent la mère. Malheureusement, il n’est pas facile d’élever seul un enfant. Si vous êtes dans cette situation, ce qui va suivre vous intéressera.

Plus de complicité

Élever seul son enfant peut être effrayant après une longue procédure de divorce, mais cette séparation a un grand avantage, c’est le fait de passer plus de temps avec l’enfant. En effet, l’éducation et l’attention ne sont plus partagées par les parents, il y a un tête-à-tête avec ce dernier, et cela permet de faire des choses avec lui, ce qui était impossible auparavant. Il devient la priorité numéro un, et tout sera adapté suivant ses besoins. Il y a la construction d’une relation plus individuelle et plus précieuse. Cependant, on le laisse exprimer ses émotions, car le divorce peut créer chez lui de la confusion. Toutefois, on ne doit pas être trop excessif pour ne pas mettre en place une relation trop fusionnelle, cela pourrait être néfaste pour l’autre parent et pour la construction de l’enfant. De même, il faut établir des règles et des limites et discipliner l’enfant de façon appropriée. On ne cède pas à tous ses caprices par culpabilité.

Ne pas jouer deux rôles

parent solo
Crédits : Pixabay

Pour le maintien de l’équilibre familial suite au divorce, la personne qui élève seule l’enfant est tentée au début de mettre les bouchées doubles pour remplir le rôle de la maman et du papa, mais ce n’est pas une bonne idée. Il ne faut pas prendre le statut qui n’est pas le nôtre, et c’est valable même en cas de décès. Vouloir jouer la double casquette va entraîner un surmenage, même si la présence de l’autre compte pour l’enfant et même s’il nous demande régulièrement. Donc, on reste à notre place pour notre survie. Pour faire existe l’autre, cela peut se faire par la parole, et sans dénigrement, même si l’échec du mariage provoque de la rancœur. L’enfant ne doit jamais être en position d’arbitre et ne doit pas choisir entre ses deux parents.

La vie amoureuse et sociale

Le parent seul a besoin de souffler, et pour cela, on ne doit pas hésiter à solliciter les amis ou les membres de la famille afin qu’ils gardent l’enfant le temps que l’on se recentre sur soi. Pour les vacances et les week-ends, le placement en internat est possible, mais cela ne doit pas se faire dans une situation de crise, l’enfant pensera à un rejet ou à une sanction. De plus, l’établissement de distance participe à son émancipation. Le parent solo se sent toujours obligé d’en rajouter afin de combler le manque de l’autre parent, et cela a un impact sur sa vie sociale et affective. Ainsi, le petit couple se crée, et cela risque de rendre déstabilisant l’arrivée d’un nouveau partenaire puisqu’on est bien comme ça, à deux. En conséquence, l’enfant peut devenir conflictuel, et plus tard, il aura du mal à prendre son envol, à bâtir sa vie, il va se culpabiliser en laissant maman ou papa seul. Pour son épanouissement, l’enfant a également besoin que le parent qui l’élève vive pour lui-même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.